Plumes 56 à 60

56.

Après le vent, le soleil. Soleil bas d’hiver, à peine chauffant, et pourtant soleil magique : évanouie l’irrésistible envie d’hibernation, les fibres musculaires se décontractent au point de laisser le coin des lèvres se soulever légèrement et croyez-moi, elles ne se privent pas de le faire face à cette soudaine intense clarté. On sentirait presque les particules lumineuses et souriantes entrer une par une par les pores de la peau et envahir chaque cellule. Le corps et l’esprit s’allègent, s’égayent et s’illuminent.


57.

Lire c’est relire. Alors je m’y essaye, moi qui peux compter sur les doigts d’une main les livres que j’ai soumis à ce traitement. Je suis même capable de vous les citer : « Du côté de chez Swann » (oui, seulement ce bout de La Recherche), « Madame Bovary », « L’homme qui plantait des arbres »… Tous trois lus à tant d’années d’intervalle, qu’il s’agissait de deuxièmes premières lectures. J’ai parcouru deux fois « 14 » de Echenoz à moindre distance. Là, peut-être, puis-je réellement parler de relecture, de celle où l’on goûte des plaisirs différents et notamment la beauté de la langue (l’histoire connue, nécessitant moins d’attention).

Et puis, il y a « Monsieur le Comte au pied de la lettre » lu la semaine passée et en cours de relecture. Car il faut savoir que ce livre cache derrière son humour, des trésors de subtilité et de complexité qu’une seule lecture ne m’a faits qu’effleurer.  Sans compter que la fin et plus encore un échange avec l’auteur, m’ont tant apporté que j’ai souhaité en éclairer le début et le milieu (et pourquoi pas la fin très chère ?).

Me revoici donc au côté du désormais familier Conte et je me régale : je re-ris et en même temps, j’en saisis davantage la finesse tout en profitant encore plus des jeux de mots et du travail sur la langue… tout cela en conservant quelques magnifiques points d’interrogation histoire de laisser la place à une troisième lecture ?

(A propos de Philippe Annocque, « Monsieur Le Conte au pied de la lettre », Quidam Editeur, 2010)


58.

Je ne sais si je suis en pleine crise de perfectionnite aigüe mais mes compétences en orthographe et grammaire me désolent…

…Ou dois-je dire leur mise en œuvre vu qu’en théorie je connais mais ne parviens à appliquer que pauvrement…

…C’est ça, s’agirait peut-être de relire davantage mes écrits… et un peu le Grevisse quand même…

(Plume 58, si si c’est un plume… c’est moi qui en décide !)


59.

Alors voilà, ce matin… oui, c’était bien ce matin… je me trouvais allongée, presque somnolente, sur la table du kiné, quand soudain j’ouïs ce qui suis : 90.000 euros. Vous avez bien lu : 90.000 euros, c’est ce que coûte une (et une seule) émission de « Touche pas à mon poste ». C’était mal barré pour la décontraction musculaire car bon, 90.000 euros par jour pour UNE émission (dois-je compter le nombre de ces m…achins télévisuels qui pullulent chaque jour).

90.000 euros… et on ose faire chier les bénéficiaires du RSA (oui, je m’énerve) ? Petit exemple : 90.000 = 7 ans et demi de RSA et d’APL avec un enfant à charge…

Puis, je me suis mise à rêver et si tout cet argent allait aux artistes, écrivains et poètes ? Oui tiens, rêvons, imaginons toute cette beauté… j’en pleurerais…

Edit : cette après-midi, réfléchissant à une meilleure comparaison avec une amie, une image s’est imposée : un rouleau de papier toilette. Après de savants calculs, il semblerait donc qu’avec le coût de ce genre d’émission télévisuelle, je puisse me torcher les fesses pendant approximativement une quinzaine de vies ! C’est beau non ?


60.

Écrire c’est…
…un cahier, format A4, posé et ouvert sur cet énorme bureau blanc à bord rouge de la chambre de mon enfance. Au milieu de la pièce en sous-pente, ce bureau… juste sous le velux, de quoi suer en été. Cahier ouvert donc, sur une première page : de l’écriture, un dessin, enfin je crois, peut-être… Pas plus d’une page… Premier essai de « roman » aussi vite arrêté que commencé : si les mots ne coulent pas, c’est que je ne suis pas faite pour ça. Ça s’écrit d’un jet un roman, non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s