Plumes 71 à 75

71.

Tout sourit aujourd’hui : les gens au volant de leur voiture ou dans le bus, le ciel avec son soleil couchant, son dégradé de roses et de bleus et cette presque pleine lune, mon bonhomme de 5 ans aujourd’hui, qui aimerait prendre cette lune dans ses mains, et puis moi bien sûr… comment pourrais-je faire autrement ?


72.

Sur le chemin de l’école : problème scientifique, ça glisse mais pas partout. Est-ce le revêtement ? L’exposition au vent ? Oh le jardin de sorcière, il fait encore plus peur comme ça ! Il fait calme, t’entends ? … rien. C’est peut-être aussi que me voilà sur les fesses, les sons seraient-ils atténués à cette hauteur ? Le revêtement, c’est le revêtement !


73.

Reconversion professionnelle en cours : offreuse et faiseuse de sourire.

Recette du jour :

  1. Prenez un enfant de 5 ans, si possible le vôtre, et écoutez-le vous chanter un joyeux anniversaire à votre réveil.
  2. Laissez ce même enfant vous mettre en tête un air de Noël que vous ne cesserez de fredonner.
  3. Allumez votre ordinateur et lisez tous ces petits mots d’amis.
  4. Entretenez quelques pensées érotiques.
  5. Lisez un petit bijou poétique (« Lettre ouverte à ceux dont les lendemains chanteront peut-être » de Lionel Bourg, Editions le Réalgar, 2016) »
  6. Offrez-vous un livre (« Liquide » de Philippe Annocque, Quidam Editeur, 2009)
  7. Remerciez mentalement (la vie, les amis connus et inconnus, les chauffeurs qui vous laissent traverser…)
  8. Et goûtez, sentez cette chaleur et cette joie en vous… souriez d’un sourire tel que vous vous demandez si ce n’est pas le premier de votre vie.
  9. Sortez, marchez, regardez les gens dans les yeux en les saluant, ou pas, mais toujours en souriant et voyez :

si beaucoup de regards se baissent, d’autres questionnent et puis, et puis, les sourires naissent interrogatifs parfois, francs à d’autres moments… et là, oui là, vous n’en revenez pas de tant de beauté !

Alors, je vous le dis : vous êtes beaux, je vous aime, vous remercie et vous offre mon plus beau sourire 🙂


74.

Non mais franchement Alix, tu n’as pas passé l’âge de faire ce genre d’erreur. Quand on a une gastro, il y a des choses qu’on ne doit absolument pas faire ! Non, même pas un petit de rien du tout ! Non, non, non !

(« humour de malade » hum)


75.

J’étais dans les rayons de ce magasin, là tout près de chez moi et c’est arrivé : la gravité, elle a changé ! Si, si, tout d’un coup, je me suis sentie flotter, j’étais tellement légère…

J’avoue, c’était peut-être de la joie… Oui, de la joie, une joie souriante, tendre et pleine de gratitude pour les douceurs de la vie : entendre et fredonner « Vive le vent », choisir des clémentines, des pommes et des bananes, penser à tous ceux qui sont dans ma vie et l’illumine (oui, vous, entre autre), le plaisir des sens qui envahit mes journées, et les mots bien sûr, les mots qui prennent de plus en plus de place, ceux que j’écris comme ceux que je lis…

Alors oui, parfois, ça vaut la peine d’attendre… de vieillir… ou plutôt de naître, de re-naître…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s