Plumes 101 à 105

101.

Il sait, ils savent, elles aussi d’ailleurs, mais elle, non, elle ne sait pas. Parfois, elle a cru savoir, connaître la vérité comme eux, les connaissants, mais toujours la vie l’a rattrapée, lui a donné une leçon : tu as vraiment pensé que c’était ça ? Eh bien, vois ! Regarde là ! Alors, toujours convaincue ? Évidemment, non, elle ne l’était plus, il lui fallait bien reconnaître, une fois de plus, que ce qu’elle avait pris pour la vérité n’était qu’une croyance, une idée qu’elle se faisait, qui lui appartenait à elle et peut-être même rien qu’à elle.


102.

Elle avait essayé de se plier à leur vérité… un peu au moins… mais non, elle n’avait pas pu, elle avait bien vu les failles de leurs certitudes. Son corps ne se laissait pas faire, il se crispait, se tendait, cherchait à expulser cet excès de rationalité connaissante et limitante. Et elle replongeait dans ses rêves, ses croyances qu’elle savait n’être que croyances. Elle replongeait alors aussi dans l’angoisse de celle qui ne fait pas comme tout le monde, de celle qui n’a pas la moindre idée de ce que ça donnera, de celle qui espère, qui croit, de celle qui a foi dans la nature impénétrable du monde et de la vie.


103.

Donc je réécris ce qui semble être un premier manuscrit (enfin non, tapuscrit), j’en écris un deuxième, et j’écris-publie régulièrement mes impressions de lecture… Puis-je en déduire que, peut-être, finalement, j’ai en moi une petite, toute petite, envie d’écrire ?


104.

Alors non, je n’aime pas tout ce que je lis ! Parfois, mais seulement parfois, il arrive qu’un livre me tombe des mains, que je m’y ennuie… et je ne vous le dis pas. Et, je ne vous le dirai pas ! J’ai décidé, c’est comme ça ! Je n’en ai pas l’élan et trouverais même ça quelque peu malhonnête (c’est que s’il me tombe des mains, je ne le lis pas en entier).

Cela dit, il s’agit d’exceptions car j’ai appris à m’orienter dans la jungle des publications : il devient rare que je m’y perde avec mes boussoles que sont les choix d’éditeurs et les avis de lecteurs dont je sais que je partage les mêmes goûts !


105.

En accord avec sa petite voix, va s’essayer aux chroniques courtes, d’un paragraphe.

Vous le dit afin que vous n’en déduisiez rien quant à son degré d’appréciation des prochains livres dont elle vous parlera : cela n’a rien à voir.

Non, il s’agit juste d’une envie d’aller à l’essentiel, de revenir à son écriture originelle : concise !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s