Et les films ? « Timbuktu »

J’ai aimé « Timbuktu ». Pas d’emblée. Ce film est lent, il prend son temps et après une trentaine de minutes, j’ai cliqué sur les deux rectangles verticaux, me suis demandée si… Un petit interlude multitâche plus tard (de l’inconvénient de regarder des films sur ordinateur), la souris a glissé sur le triangle et c’est là que j’ai embarqué.

Je ne sais pas exactement si ce sont les magnifiques images et la poésie de certaines scènes ou le propos du film, mais quelque chose a bougé en moi : indignation et émerveillement se sont mélangés, le corps et l’esprit se sont enfin posés, l’attention s’est focalisée.

« Timbuktu » : un groupe de djihadistes étrangers prend la ville de Tombouctou et impose la charia à ses habitants. Les loisirs sont interdits, les femmes recouvertes des pieds à la tête, les mariages sont imposés, aucune négociation possible, ils décident, imposent, jugent et punissent de façon expéditive. Le fouet flagelle, les pierres lapident, les arment tuent, les habitants résistent comme ils peuvent et souffrent.

Et en même temps, il y a énormément de beauté dans ce film : la musique, les paysages et toutes ces scènes à la fois si justes, belles et aigres-douces qui m’ont plus d’une fois fait regretter de ne pas l’avoir vu sur grand écran (tiens, j’avais pensé exactement la même chose de « Barry Lyndon »). Il y a vraiment ce quelque chose de touchant et de poétique dans le regard d’Abderrahmane Sissako qui rend d’ailleurs, par contraste, la réalité terroriste encore plus rude.

« Timbuktu » nous fait voir, toucher, sentir ce que sont ces prises d’otage de villes et de régions entières. Il nous fait voir, toucher, sentir l’horreur et la souffrance qui en découlent. Il nous fait voir, toucher, sentir l’humain et la vie dans toute leur laideur et toute leur beauté.

Et si vous voulez en savoir plus sur le film et le réalisateur, je vous conseille le très beau documentaire de Valérie Osouf, « Abderrahmane Sissako – Cinéaste aux semelles de vent« , toujours disponible sur le site d’Arte.

« Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako, 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s